PLOMBERIE : Installation sanitaire

Questionné sur l’existence de Dieu, Woody Allen répondait par la négative en ajoutant: «En plus, il est impossible de trouver un plombier le dimanche.» Pas besoin de partager ou non le sens de l’humour du cinéaste pour convenir que rien n’est plus agaçant qu’un problème de plomberie. Autant anticiper en s’assurant de posséder un réseau performant.

Étymologiquement liée au travail du plomb, la plomberie a vu ses domaines s’élargir avec le temps. Elle regroupe désormais trois secteurs. Le premier relève de la zinguerie, à savoir la captation et l’évacuation de l’eau via les gouttières, la toiture ou encore les caniveaux. Ce sont les artisans couvreurs qui en principe en ont la charge. Mais la plomberie concerne également l’installation du chauffage. Et enfin, il y a ce qui relève de ’’la plomberie sanitaire’’. C’est celle-ci qui nous intéresse ici. Il s’agit de tout ce qui concerne l’alimentation en eau du logement, l’évacuation des eaux usées, la production d’eau chaude et l’installation des sanitaires (des w.c. à la baignoire en passant par l’évier de la cuisine).

plomberie

La plomberie sanitaire

En premier lieu, le professionnel aura à charge de respecter les normes réglementaires, car une fois reliée au réseau public, c’est le propriétaire de l’habitation qui est responsable de la qualité de l’alimentation en eau, notamment en termes de pression, et bien entendu à l’extrémité du système, de la bonne façon dont les eaux usées sont évacuées.

L’installation d’une plomberie sanitaire de qualité doit donc être pensée en amont du chantier, qu’il s’agisse de construction ou de rénovation. On veillera, à l’instar de ce qui doit être pensé en matière d’électricité, à ce que les travaux de maintenance voire de réparation puissent être effectués aisément. On planifiera également les emplacements des tuyaux de canalisation des eaux usées, les réservations des siphons de sol, l’entrée d’eau de ville, les réservations dans les gaines techniques pour la tuyauterie sanitaire comme: eau chaude, circulation sanitaires, eau froide, tubes d’évacuation des eaux usées, la ventilation des tuyaux de canalisation ainsi que des tubes de ventilation pour la salle de bain, salle de douche et w.c..

Pression et canalisations

Pour autant, outre l’accessibilité, d’autres éléments sont à étudier pour posséder un bon réseau de plomberie sanitaire.

Primo, en fonction de la configuration du logement et bien sûr des propriétés de l’eau qui arrive chez vous, il faudra parfois réduire ou augmenter la pression. Un réducteur ou un surpresseur doit être installé en amont du réseau de l’habitation. A quoi sert une belle douche si ne coule qu’un mince filet d’eau ?

Secundo, il y a lieu d’être vigilant sur l’ensemble des canalisations (qui distribuent l’eau avant usage et évacuent les eaux usées), des raccords (qui assurent les liaisons) et des joints (qui garantissent l’étanchéité).

Or, le plomb ayant disparu, ces éléments existent dans différents matériaux. Le cuivre a toujours la cote : il s’agit du matériau par excellence du plombier pour ce qui est de la distribution de l’eau, qu’elle soit froide ou chaude. Le cuivre est un matériau noble et résistant qui peut servir aussi pour le chauffage et être placé en apparence, car esthétique. Il se présente sous 2 formes : le cuivre écroui, matériau rigide qui se vend sous la forme de tuyaux longs de un à cinq mètres, et le cuivre recuit, qui a l’avantage d’être malléable et se présente en couronnes de cinq à cinquante mètres. C’est celui-ci qui sera employé pour les encastrements dans les murs, par exemple.

A l’inverse, le PVC et le PEX peuvent être encastrés, car ils sont à la fois flexibles et insensibles aux problèmes de corrosion. Le tuyau PVC s’utilise principalement pour les évacuations des eaux usées. Ces tubes sont d’un usage pratique de par leur légèreté et leur relative facilité à mettre en œuvre. Quant au PER (polyéthylène réticulé haute densité ou encore PEX selon son appellation internationale), il a l’avantage d’être utilisable pour la plomberie sanitaire comme l’installation de chauffage. C’est un matériau semi-rigide, à même d’être usité pour l’alimentation en eau chaude comme en eau froide (c’est la couleur du tuyau qui permet de repérer), contrairement au tuyau PVC classique et au PVC surchloré. Il tend à remplacer le tuyau cuivre et peut aussi être fabriqué en polybutène (PB).

En cas de rénovation :

Selon les constructeurs, les propriétés des matériaux peuvent légèrement varier (pour la température maximale par exemple), et il peut y avoir un risque d’incompatibilité entre les parties anciennes et restaurées du réseau de canalisation ou avec des équipements (suppresseurs, par exemple). Comme quoi, détenir un système de plomberie homogène est indispensable.

BON À SAVOIR

Schéma de canalisation

Même si vous déléguez vos travaux de construction ou de rénovation, gardez toujours à disposition un exemplaire du schéma de votre installation de plomberie sanitaire (conseil valable également pour le système de chauffage et l’électricité). En cas de nécessité (panne, dégât des eaux), lors de son intervention, le plombier auquel vous ferez appel ne sera pas toujours celui qui a procédé à l’aménagement initial. Il sera plus aisé pour ce dernier d’établir un diagnostic rapide et de réparer sans causer trop de dommages collatéraux s’il a en main un schéma précis des tuyaux et en particulier des canalisations encastrées.

A lire aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *